visu liv logo

L.I.V., LIEUX D'INTÉGRATION VISUELLE

LIV HOME- CONTACT

EDICULE DU PONT DE PIERRE STRASBOURG

CRÉATION D'UNE TOILETTE SECHE URBAINE

Après divers réflexions sur l’utilisation de toilettes sèches avec le conseil de quartier une piste intéressante s’est développée sous l’impulsion de David Hurstel ; avec pour objectif la mise à disposition d’un système écologique visible par les habitants, l’installation d’une toilette seche sur les remparts réalisée avec les étudiants de l’ENSAIS , les associations de quartier et le Parlement des arts. Un leitmotiv : donner aux habitants la possibilité de faire pousser des fleurs qui seront plantées autour du rempart en donnant un peu d’eux-mêmes...
  • Le système des toilettes sèches et leurs avantages
  • La mise en place d’une toilette sèche urbaine à Strasbourg
  • L’utilisation citoyenne des toilettes sèches : le compost comme jardin collectif sur les remparts

La description de cette démarche à été proposée pendant la réunion du conseil du quartier gare.

Idée directrice :
Bien souvent les solutions destinées à protéger l'environnement ne se préoccupent que d’un segment d’un problème en négligeant son ensemble. En considérant l'assainissement dans sa globalité, nous arrivons vite à la conclusion que l'idéal est de ne pas souiller l'eau.

Les toilettes sèches :

Le terme générique « toilettes sèches » désigne des WC qui ne nécessitent pas d'eau pour leur fonctionnement. Même si le principe rappelle les latrines "mal-aimées" d'autrefois, c'est aujourd'hui une nouvelle technologie destinée à traiter les excréments. Celle-ci fera d'ailleurs l'objet d'un article entier dans le nouveau texte réglementaire de l'assainissement non collectif qui devrait être publié en novembre. Comme pour toute nouvelle technologie. L’inventivité et la créativité donnent lieu à une multitude de systèmes et de modèles différents (pas forcément toujours très heureux d'ailleurs).

Le système le plus simple et le plus robuste est celui que l'on appelle « Toilettes à Litière Bio-maîtrisées ». Il consiste à recueillir les urines, fèces et papier toilette dans une litière composée de matières carbonées généralement de la sciure ou des copeaux. Après chaque utilisation au lieu de tirer la chasse d'eau, l'utilisateur dépose simplement une dose de litière neuve. Nos excréments sont comme les autres déchets. Tout le monde en produit et on préfère laisser à d'autre le soin de s'en occuper. La répartition des tâches et la mutualisation des moyens ont des vertus dans le domaine de la gestion des déchets. Cependant quand cela permet de se couper de ses responsabilités et d'oublier les conséquences de nos actes alors les effets sont parfois délétères pour l'environnement.

Le fonctionnement est relativement simple et peut être résumé de la façon suivante:
Premièrement, faire ses besoins comme d'habitude!
Le papier peut être jeté dans les toilettes.
Puis verser une ½ ou 1 coupelle de copeaux ou de sciure de bois sur votre obole.

Contrairement aux toilettes de nos grands-parents (la cabane au fond du jardin…), ces toilettes ne "sentent" pas et les mouches ne sont pas au rendez-vous non plus. La sciure absorbent et neutralisent les odeurs. En effet, en asséchant le milieu, la sciure bloque le démarrage d'une fermentation anaérobie responsable des odeurs. Tous les 4 ou 5 jours, de la même manière que l'on sort la poubelle de la cuisine, on sort également le récipient des toilettes sèches que l'on va ensuite vider sur le compost. On peut alors ajouter une poignée de paille sur le compost à chaque vidange du récipient pour apporter un peu plus de carbone afin d'obtenir un bon rapport azote/carbone (l'optimal théorique étant de 1/30 pour le compost). En une année, les besoins vont être valorisés en un très bon compost qui pourra être étendu sur le gazon ou au pied des haies. Devoir vider le récipient est certes une contrainte mais les avantages et les intérêts de l’utilisation de cette technologie est en contrepartie incontestables.

Les avantages :

Ne consomme pas d'énergie ni de produits contrairement aux des stations d’épuration, aux toilettes chimiques ou tous autres systèmes de retraitement des excréments. Les toilettes sèches produisent directement de l’humus, une véritable richesse pour le sol et qui de surcroit permet de stocker du carbone au lieu d'en consommer. Efficacité remarquable pour les manifestations événementielles. Que ce soit pour les maisons individuelles ou les manifestations publiques, les TLB présentent de nombreux avantages :

Pour les maisons individuelles les TLB permettent :
  • d'économiser les 15 m3/an/personne d'eau claire qui ne servent qu'à évacuer nos excréments. C'est à dire 30 à 40% de l'eau consommée dans un foyer
  • d'économiser les coûts de l'installation des sanitaires dans les maisons neuves
    d'économiser les coûts de l'installation nécessaire au traitement des eaux des toilettes
  • de valoriser nos excréments en les transformant en un bon compost.
Concernant la mise en place de toilettes sèches sur le rempart bordant L’Ill. Un double voire un triple intérêt a motivé ces propositions :
  • La création d’une toilette séché témoin sur une durée de six mois à un an. Permettant de sensibiliser les citoyens à l’utilisation et au cout de revient des eaux usées et de leur pollution.
  • La possibilité d’utiliser le compost permettant la plantation de fleur autour des remparts.
  • La capacité de réaliser ce type de toilette dans des matériaux non polluants et de les intégrer artistiquement au mobilier urbain.

La mise en place :

Dans la mise en place d’un tel système trois difficultés se posent.
L’adaptation dans un espace urbain (sécuritaire, esthétique)
L’utilisation citoyenne de ces toilettes (méthode et adaptation)
La réutilisation du compost pour ornementer le rempart.


RETOUR HAUT DE PAGE
style="vertical-align: top;">RETOUR HAUT DE PAGE